jeudi 5 mai 2016

Un contact avec des civilisations extraterrestres dans… 1 500 ans ?

Capture d’écran 2016-05-04 à 14.54.11

À l’Université de Cornell, dans l’état de New York aux États Unis, un groupe de scientifiques a tenté d’estimer les délais selon lesquels nous pourrions établir des contacts intelligents avec des civilisations extraterrestres. Selon eux, ce n’est pas pour demain.
S’il existe d’autres civilisations intelligentes que la notre dans l’Univers, pourquoi aucun contact n’est-il établi et pourquoi un tel silence ? C’est cette question qui a servi de base de travail à un groupe de scientifiques principalement venus de l’Université de Cornell, aux États-Unis, qui ont tenté d’estimer un délai avant qu’un éventuel contact avec une civilisation extraterrestre soit envisageable.
Ces scientifiques estiment alors qu’il sera possible de contacter des civilisations extraterrestres au niveau intellectuel comparable au nôtre pas avant 1 500 ans, comme suggéré dans leur étude parue sur le site arXiv. Pourquoi un délai si long ? Selon eux, cela est dû au fait qu’il n’existe probablement pas de civilisation intelligente dans un rayon de 40 années-lumière autour de la Terre. Des tentatives d’entrer en contact ont déjà été réalisées par le passé, par exemple, en 1936, durant les Jeux olympiques de Berlin, avec l’envoi d’un puissant signal dans l’espace, qui demeure sans réponse.
Sergey Ashmarin
Dans les faits, il existe plus de 8 500 astres et 3 500 exoplanètes analogues à la Terre dans un rayon de 80 années-lumière autour de notre planète. Le disque de la Voie lactée compte quant à lui 200 milliards d’astres et plus de 83 milliards de planètes analogues à la Terre. Mais la possibilité qu’il existe une civilisation intelligente dans une zone éloignée de la Terre de 40 années-lumière ne devrait pas dépasser 1/10 000, comme l’affirment les astronomes.
Pour parvenir à ces estimations, les scientifiques ont utilisé l’équation de Drake qui permet d’estimer le nombre potentiel de civilisations extraterrestres dans notre galaxie avec qui nous pourrions entrer en contact. Dans cette étude, l’objectif réel était de réfuter le paradoxe de Fermi, selon lequel des civilisations avancées auraient dû apparaître parmi les systèmes planétaires et laisser des traces visibles depuis la Terre, telles des ondes radio.