vendredi 6 mai 2016

Trous en spirale à Nazca au Pérou, le mystère est résolu !

DR

C’est depuis l’espace qu’est venue la résolution d’un mystère qui perdure depuis des milliers d’années, celui des trous géants en forme de spirale situés dans le désert de Nazca, au Pérou, formés par la civilisation Nazca, une culture pré-incaïque ayant vécu dans le sud du Pérou entre -200 et 600 après J.C.
Le désert de Nazca au Pérou est décidément un lieu plein de mystères. On y trouve les célèbres géoglyphes, mais également ces trous géants en forme de spirale qui retiennent l’attention des scientifiques depuis longtemps, sans que ceux-ci ne comprennent leur utilité. De nombreuses hypothèses ont été formulées pour expliquer la présence de ces trous en forme de spirale, comme la trace d’un ancien système de forage, un réseau de tombe, ou bien encore la marque d’une communication avec les aliens.
C’est depuis l’espace que le mystère trouve enfin sa résolution. Grâce à l’analyse satellitaire en haute définition, une équipe de l’Institute of Methodologies for Environmental Analysis, en Italie, a réussi à comprendre l’origine des trous en forme de spirales formés par la civilisation Nazca, culture pré-incaïque originaire du sud du pays ayant vécu entre -200 et 600 après J.C.
Selon les scientifiques italiens, ces trous géants auraient servi à faire face aux conditions extrêmes qui sévissent dans ce désert, une des régions les plus arides du monde. Ainsi, les Nazcas les auraient construits pour établir un réseau hydraulique extrêmement sophistiqué, afin de récupérer l’eau conservée dans les aquifères souterrains. Ces trous avaient la fonction de recueillir les vents puissants de la région, qui, s’engouffrant sous la terre, faisaient ensuite remonter l’eau depuis les aquifères souterrains.
Diego Delso
« En exploitant une source d’eau inépuisable à longueur d’année, le système des puquios a contribué à l’agriculture intensive de la vallée dans l’une des régions les plus arides du monde« , a ainsi expliqué à la BBC Rosa Lasaponara, membre de l’équipe de recherche. Ces structures appelées « puquios » pour « sources d’eau » en langage quechua, seraient datées à environ 500 après J.C. Le plus étonnant, et même fascinant, c’est que ce réseau hydraulique est encore partiellement fonctionnel aujourd’hui.
Source : BBC