mercredi 18 mai 2016

Pour détecter un risque d’AVC, prenez votre pouls ! - Anthony Konaté

DR
Environ 130 000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) chaque année en France. En effectuant un geste aussi simple que prendre son pouls, il est possible de détecter à l’avance un facteur de risque important, l’arythmie cardiaque.
Le 14 mai dernier marquait la Journée Européenne de l’AVC, l’accident vasculaire cérébral, qui frappe environ 130 000 personnes chaque année en France. À cette occasion, nous partageons avec vous un moyen de détecter à l’avance un certain facteur de risque important, l’arythmie cardiaque, grâce à un geste simple, en prenant son pouls. Il s’agit d’une pathologie silencieuse qui touche 1% de la population française, notamment les plus de 65 ans.
C’est une campagne, lancée par la Fédération nationale France AVC et la Fondation Cœur et Artères, qui invite les Français à prendre leur pouls pour comprendre comment détecter cette anomalie. « Quand le cœur devient irrégulier, il ne se vidange pas correctement à chaque contraction ; du sang peut donc stagner dans les cavités cardiaques et former des caillots qui peuvent ensuite partir dans la circulation, monter au cerveau, boucher une artère et provoquer un AVC« , commente le Dr François Rouanet, neurologue au CHU de Bordeaux.
Car cette arythmie cardiaque, qu’il est donc possible de détecter à l’avance, représente cinq fois plus de risque de faire un AVC pour les personnes qui en souffrent, notamment un AVC grave, avec une mortalité à 30 jours de 30%. Hormis ces battements de cœur irréguliers, d’autres éléments peuvent être remarqués, comme des essoufflements, des palpitations, des douleurs thoraciques ou des vertiges.
Le Dr François Liard, médecin général, conseille pour bien prendre son pouls « d’appliquer l’index et le majeur sur l’artère au niveau du poignet ou sur la carotide située au niveau du cou et de mesurer avec une trotteuse de montre ou un chronomètre« . Si certaines irrégularités sont tout à fait bénignes, au-delà de 120 pulsations par minute, il peut s’agir d’une arythmie cardiaque et il faut alors consulter son médecin.


- Journal la Sphère - Média indépendant par Anthony Konaté