jeudi 12 mai 2016

Pour 91% d’entre-vous, le recours au 49.3 est un déni de démocratie

Capture d’écran 2016-05-12 à 10.20.25
Vous avez été plus de 2000 à vous exprimer sur notre sondage concernant le recourt au 49.3 décidé par Manuel Valls afin d’entériner la loi travail. Parmi l’ensemble des votants, pas moins de 91,3% estiment que l’utilisation du 49.3 est un déni de démocratie, 4,4% pensent qu’il était nécessaire et 4,3% sont partagés. 
Capture d’écran 2016-05-12 à 10.19.14
Comme pour chaque sondage, CitizenPost vous donne la parole afin que chacun puisse exprimer son sentiment concernant le recours à cette mesure contestée. Vous avez été nombreux à souhaiter témoigner, voici une sélection des messages envoyés.

  • « 49.3 un acte de dictature !Pour ma part, je trouve que le 49.3 devrait être utilisé lorsqu’une décision importante doit être prise et qu’aucun parti civil et politique ne sait prendre une décision concrète. Là, le premier ministre devrait prendre un choix qui permettrait de nous faire avancer. Or, nous sommes censés être un pays de liberté, d’égalité et de fraternité. Non dans une dictature ! C’est le peuple n’oublions pas, qui fait que la France est encore debout ! C’est le peuple français qui use sa santé, son énergie, sa vie dans son travail. Si nous ainsi que la future génération n’est pas en accord avec le gouvernement, c’est aux gouvernements de revoir leur loi du travail et de se positionner sur nos choix, nos envies. Comme je le dis souvent, la politique est là pour nous faire progresser et non régresser. On doit pouvoir avancer dans ce soucier de notre avenir qui est devenu incertain dont les patrons auraient plus de pouvoir et faire de nous pantins, esclaves d’une société qui ne nous reconnaît plus en tant que travailleurs, mais bien esclaves !
    Merci de me permettre de m’exprimer  <3″ Ludivine, 26 ans, intérimaire.
  • « Le 49.3 a beaucoup de bonnes raisons d’exister, dans la loi mariage, il a été très bien utilisé. C’était une loi que certains voulaient et que d’autres ne voulaient pas où les votes auraient été très serrés.
    Cependant là on parle d’une loi que personne ne veut. Ni à gauche, ni à droite, ni aux extrêmes. On parle d’une loi dont la population entière se mobilise contre.
    Le 49.3 s’il est utilisé à outrance est une arme dictatoriale, et pas un atout d’une démocratie réussie. »Anonyme
  • « Imposer quelque chose que personne ne veut… ce n’est pas une démocratie, mais une dictature. »Anonyme
  • « Je suis neutre concernant le 49.3. C’est comme un médicament, parfois prendre un médicament forcé vaut mieux que de mourir..mais parfois c’est ce médicament pris à contre volonté qui rend encore plus malade. Et avant de prendre un médicament, il faut lire et comprendre la notice.
    Peut-être que cette loi sera bénéfique, ou pas. Mais pour que tout le monde puise bien comprendre et donner son avis, une astuce de l’Etat aurait été de faire un petit tract pour expliquer en quelques mots bien clair et concis. » Anonyme
  • « Nous sommes en démocratie nous votons pour nos dirigeants nous avons les moyens de donner notre avis et si une majorité de Français grogne pour une l’oie il faut écouter. Si le gouvernement fait ce qu’il veut quand il le veut et que nous français ne voulons pas, ça ressemble plus à de la dictature. »Caroline, 31 ans
  • « Il s’agit d’une nouvelle illustration de la fable qu’est la démocratie représentative.
  • Tant que nous laisserons les gens au pouvoir écrire la constitution nous sommes voués à assister à ce genre de trahisons.
  • Il est selon moi grand temps de mettre fin à ce système politique obsolète qui ne favorise que ceux qui ont les clés pour en profiter.
  • La démocratie directe (par tirage au sort de l’assemblée constituante) me paraît de loin la solution la plus viable. Tant que nous persisterons à voter pour les mêmes oligarques corrompus, rien ne changera et nos plaintes n’auront pas le moindre sens ni effet. » Manuel, 26 ans, infographiste (salarié)
  • Je suis presque étonné de voir qu’ils existent des personnes lisant ce site qui ne voit pas cela comme un déni total de démocratie… Que l’on soit pour ou contre la loi contourner le vote parlementaire c’est renier les principes fondamentaux de notre démocratie ( bien que je doute de plus en plus qu’il y en ait encore une )… Surtout quand on sait que 70% des Français sont opposés à cette loi …
    Valls dehors et quand je dis dehors c’est hors du système politique …
    Que j’ai hâte que des groupements comme mavoix prennent de l’importance dans notre pays, qu’enfin le mot démocratie ( le pouvoir au peuple ) reprenne tout son sens. » Ludovic, 30 ans
  • « De grands hommes ont aussi par le passé, employé la force afin d’imposer leurs idées. Sauf que l’on appelle ceci la Dictature.
    Voter des présidents, des conseillers, à quoi bon? Le 49-3 nous guettera. » Simon, 28 ans
  • « Déjà que je n’avais plus foi en la « démocratie » (je ne me considérais plus en démocratie avant cet épisode, mais plus dans une oligarchie ploutocrate), on nous prouve une fois de plus que notre opinion ne compte pas aux yeux de nos dirigeants, nous sommes insignifiants. Et qu’importe le dirigeant qu’on élira, ça ne change rien. Ils ont beau avoir des promesses, ils ne sont pas obligés de les tenir et les ficelles sont tirées par ceux à qui ils doivent des comptes et qui attendent de leur part qu’ils leur facilitent le business… ceux-là sont évidemment les financiers des campagnes électorales ! On le voit, on le sent de plus en plus : les politiques nous sont vendus comme on nous vend des yaourts à la télé. Leur « pipolisation » n’est pas étrangère à ça, c’est comme le design de l’iPhone, ça doit être beau, lisse et parfait. Ras-le-bol de cette hypocrisie. Il nous faut une révolution, c’est notre ultime recours. » Allison, 26 ans, aide-soignante
  • « Celà fait bien longtemps que la démocratie n’existe plus en France nous somme géré par des dictateurs, vive la France et vive l’image que nous donnons au monde sachant que nous sommes le pays des droits de l’Homme. » Jonathan, 26 ans, Chargé de clientèle en énergie 
- Journal la Sphère - Anthony Konaté