lundi 2 mai 2016

Michel Neyret, le flic « obnubilé par le fric », devant les juges



Michel Neyret lors d'une comparution pour diffamation au tribunal de Lyon le 16  décembre.

Au fond, c’est son épouse qui a le mieux résumé la dérive de l’ex-commissaire Michel Neyret, qui comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris, à compter du lundi 2 mai. « Depuis que tu lui donnes du fric, c’est plus le même. Parce que Monsieur il sort, Monsieur il va dépenser (...). Il passe tout dans le champagne, dans ses soirées (...). Ne lui donne plus de monnaie, sinon il va au casino. Il va boire des canons et en paye aux nénettes. Tu me l’as pourri, Michel. (...) Maintenant, il est plus voyou que les autres. Mais arrêtez, arrêtez, il est obnubilé par le fric, le fric, le fric »lâche-t-elle dans une conversation téléphonique avec l’un des vénéneux amis de son mari, Gilles Benichou.


L’échange, intercepté pendant l’enquête, figure au dossier d’instruction qui vaut à l’ex-numéro deux de la police judiciaire lyonnaise – il a été suspendu de ses fonctions en octobre 2011 – d’être jugé pour « corruption et trafic d’influence passifs par personne dépositaire de l’autorité publique, association de malfaiteurs, violation de secret professionnel, recel, trafic de stupéfiants, détournement de scellés et blanchiment ».
A ses côtés, sept prévenus, dont son épouse Nicole, un avocat, David Metaxas, trois fonctionnaires de police, Jean-Paul Marty, Christophe Gavat et Gilles Guillotin, et deux hommes au casier judiciaire déjà chargé pour diverses escroqueries, Gilles Benichou et Cyril Astruc. Un huitième prévenu, Stéphane Alzraa, est introuvable depuis son évasion en novembre 2015 de la prison de Corbas (Rhône).

Un « grand flic », unanimement célébré

Au commencement est une enquête de routine sur un trafic de stupéfiants au printemps 2011. Plusieurs suspects sont placés sur écoutes, dont un ami de Gilles Benichou, auquel ce dernier livre très régulièrement de précieuses et confidentielles informations en se prévalant de ses bonnes relations au sein de la police judiciaire lyonnaise.
Les conversations téléphoniques de Gilles Benichou ne tardent pas à livrer un nom, celui de Michel Neyret. Un « grand flic », unanimement célébré pour son efficacité, considéré comme le meilleur connaisseur du grand banditisme entre Lyon et Grenoble, décoré en 2004 de la Légion d’honneur par le ministre de l’intérieurNicolas Sarkozy, et qui, en ces mêmes mois de 2011, inspire et conseille le réalisateur Olivier Marchal pour son film consacré au gang des Lyonnais.
Les enquêteurs découvrent alors les liens étroits que le numéro deux de la PJ lyonnaise entretient avec Gilles Benichou, déjà condamné à plusieurs reprises pour extorsions de fonds, escroquerie, corruption active et inscrit un temps au fichier des informateurs de la police avant d’en être exclu pour manque de fiabilité. Les deux hommes se voient « deux à trois fois par semaine » et se téléphonent à peu près tous les jours.
Régulièrement, Gilles Benichou sollicite son ami pour connaître l’avancée des procédures judiciaires ou des renseignements issus des fichiers nationaux ou d’Interpol visant des membres de son entourage ou de sa famille, parmi lesquels son frère Albert Benichou et son cousin Stéphane Alzraa, escroc de haut vol dans la taxe carbone, qu’il présente à Michel Neyret.

« Mettre sous le coude » une procédure

Le commissaire ne ménage pas sa peine, appelant un procureur qu’il connaît, conseillant à un collègue de « mettre sous le coude » une procédure de vol de véhicule ou un mandat d’arrêt international. En retour, Gilles Benichou sait se montrer généreux. Le commissaire et son épouse effectuent, tous frais payés, des voyages à Essaouira, au Maroc, au Carlton à Cannes, et dans d’autres hôtels de luxe de la région Rhône-Alpes ou en Corse, bénéficient de remises d’espèces, de chèques-cadeau, d’achats de vêtements – Michel Neyret s’en fait offrir pour un montant de 40 000 euros – et de montres de luxe, une Cartier, une Chopard, remises à l’occasion de leurs anniversaires respectifs.
Un vrai « père Noël », disait Nicole Neyret de l’ami Benichou avant de s’effarer de l’engrenage dans lequel tombait son époux, émerveillé de claquer des espèces dans les casinos et les boîtes de nuit et de rouler au volant de la Ferrari ou de la Rolls mise à sa disposition par ses amis.
Quelques semaines avant son interpellation, Michel Neyret avait ouvert, au nom de sa femme, un compte dans une banque suisse. Selon l’accusation, ce compte devait être alimenté par des commissions issues d’une escroquerie à la taxe carbone montée notamment par Stéphane Alzraa. Le montant espéré, plusieurs millions d’euros, devait assurer une retraite dorée au commissaire. « Je te dis, tu ne manqueras jamais de rien, tu vas avoir un bel avenir », lui promettait au téléphone Gilles Benichou.

« Ce n’est plus un flic »


Le 29 septembre 2011, le directeur central de la police judiciaire, Christian Lothion, qui suivait l’enquête dans la plus grande confidentialité depuis le début, était venu en personne assister à l’arrestation de Michel Neyret à Lyon. Les deux hommes, qui avaient longtemps travaillé ensemble, étaient très liés. La déception alors exprimée était à la hauteur de la trahison ressentie. « Ce n’est plus un flic, ce n’est plus mon ami », avait alors lancé le patron de la PJ devant les équipes du commissaire.
Pour sa défense, Michel Neyret s’est longtemps abrité derrière les nécessités de service qui l’auraient conduit à entretenir des relations proches et parfois troubles avec des informateurs. Le dossier d’instruction révèle plutôt la bascule d’un homme, aguerri aux « vieux chevaux de retour » du grand banditisme, mais tombé sur plus fort que lui avec les escrocs à la taxe carbone, qui ont su « profiter de sa vulnérabilité et ont réussi à le rouler en finesse », comme le confie Christian Lothion à l’Obs à la veille de l’ouverture du procès de son ancien collègue.
De ce lien de puissance inversé entre flic et voyou, une photo qui figure au dossier est devenue le malheureux symbole. Gilles Benichou la gardait précieusement dans son portefeuille. Elle a été prise lors du tournage du film d’Olivier Marchal, où Michel Neyret lui avait obtenu un rôle de figurant. L’ancien informateur devenu escroc, vêtu d’une tenue de garde mobile, y tient fièrement son ami commissaire au bout de ses menottes.