mardi 17 mai 2016

Manifestations: des incidents à Paris et Rennes - Anthony Konaté

A Paris, le 17 mai.

Des milliers de manifestants défilent ce mardi dans plusieurs villes de France. Le mouvement contre la loi El Khomri a débuté dans la matinée avec les routiers.
• Sept syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl) sont à l’initiative d'une nouvelle journée d’actions unitaires ce mardi, la sixième en un peu plus de deux mois, pour contester le texte de la ministre du Travail Myriam El Khomri, jugé trop favorable aux entreprises.
• La grogne s’exprimera aussi dans la rue, avec des manifestations dans plusieurs villes de France. A Paris, le cortège est parti de la place de l’Ecole-Militaire (7e arrondissement) en direction de la place Denfert-Rochereau (14e).
• La justice administrative a suspendu neuf arrêtés sur dix émis par le préfet de police qui empêchaient des militants antifascistes de se joindre à la manifestation.
• Lancé par les fédérations des transports CGT et FO, le mouvement des routiers devrait principalement toucher mardi le Nord, Nantes, Marseille, Bordeaux, mais pas l’Ile-de-France, selon FO.
Si le direct ne s’ouvre pas dans votre application, cliquez ici.
(Photo Albert Facelly pour Libération, archives)

La justice suspend neuf des dix interdictions de manifester à Paris

Libertés.
Presque tous les militants privés de cortège et de Nuit Debout mardi par le préfet ont fait annuler ces décisions par le tribunal administratif. La préfecture n'avait pas produit d'éléments assez précis.
(Photo AFP)

La justice suspend neuf des dix interdictions de manifester à Paris

Interpellations à Paris.
A Paris, huit personnes ont été interpellées pour port d'arme et une pour jet de projectiles selon la préfecture de police.

Condamnation à Rennes.
Un jeune homme vient d'être condamné à six mois de prison ferme pour violence sur la police par le tribunal correctionnel de Rennes rapporte Ouest-FranceIl avait lancé samedi soir des pavés sur les forces de l'ordre.

Riot Porn.
Coups de matraques, gaz lacrymo et jets de projectiles : les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants mais aussi les brutalités policières, sont désormais de plus en plus filmées et donc regardées. On appelle ça du «riot porn» explique Rue 89 : les images, souvent esthétiques, fascinent et provoquent le «frisson, l'enthousiasme et le désir».Mais au delà du voyeurisme, ces images dressaient un «autoportrait collectif» et galvaniseraient celles et ceux qui les regardent.

15% des vols annulés à Orly jeudi

Grève.
La Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes d'annuler 15% de leurs vols demain à l'aéroport parisien d'Orly, en raison de l'appel à la grève de l'Usac-CGT contre la loi travail.

Pourquoi les membres des services d'ordres sont-ils armés de battes de baseball ?

Protection.
Certains manifestants (et internautes suivant les actions via les réseaux sociaux) ont été surpris de constater que des membres des services d'ordre des syndicats étaient équipés de matraques télescopiques et autres battes de base-ball.Comme l'expliquait l'AFP dans une dépêche publiée hier, la CGT, qui compose le gros des troupes des services d'ordre, a lancé un appel à des militants volontaires «pour être beaucoup plus nombreux que jeudi [dernier]».
Le 12 mai, la manifestation parisienne s'était déroulée dans un contexte tendu. En tête de cortège, en plus des slogans habituels contre la loi travail, des insultes avaient fusé contre les SO (les services d'ordre syndicaux) et des casseurs s'en étaient pris à eux en fin de manifestation, faisant dix blessés à la CGT et trois chez FO, selon les syndicats. De quoi expliquer l'équipement inhabituel constaté aujourd'hui chez certains SO, qui ont par ailleurs souffert en terme d'image d'un communiqué de la préfecture de police faisant état d'une rencontre entre SO et forces de l'ordre en amont de la dernière journée d'action. «Nous avons trouvé ce communiqué scandaleux parce qu'il faisait croire à une co-production entre préfecture de police et syndicats pour encadrer la manifestation, dans un contexte de sentiment anti-police», d'après Frédéric Bodin, responsable SO chez Solidaires.

Manif à Paris.
A Paris, la situation est un peu confuse : un cordon de police fait face aux manifestants du côté de Montparnasse. Des manifestants ont lancé des projectiles, les policiers ont répondu avec des grenades de désencerclement. Vous pouvez suivre ce qu'il se passe en direct par ici.

Rennes.
Des incidents entre des manifestants opposés à la loi travail, qui essayaient d'accéder à la rocade de Rennes pour la bloquer, et les forces de l'ordre, qui les en empêchaient, ont eu lieu après la manifestation intersyndicale dans le centre-ville, qui a réunie de 1 100 à 2 000 personnes.

Emotion.
Du côté de Nantes, où entre 3 500 et 10 000 personnes selon les sources manifestaient aujourd'hui, les tags sont inspirés.

Manifestations.
On l'évoquait plus tôt : ce n'est pas quatre, mais finalement neuf arrêtés sur dix émis par le préfet de police qui empêchaient des militants antifascistes de se joindre à la manifestation contre la loi travail que la justice administrative a suspendu ce mardi, a annoncé l'un des avocats de la défense.

Lyon.
Des échauffourées ont eu lieu à Lyon en marge de la mobilisation contre la loi travail. Un collectif rapporte une charge de CRS sur la place Bellecour, dans le centre-ville, et «une arrestation au moins». Un manifestant a été touché par un tir de flashball, dénonce-t-il sur Twitter.

Etat d'urgence.
Quatre arrêtés préfectoraux qui interdisaient à des militants de participer à la manifestation contre la loi travail de ce mardi ont été suspendus par le tribunal administratif de Paris. Six autres sont encore en attente, selon une journaliste des Jours - sauf que la manifestation a déjà commencée.

A Nantes : «Nous ce qu'on veut, c'est niquer l'Etat, le 49.3, on n'en veut pas»

Taloche.
Des incidents entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté vers midi à Nantes lors de la manifestation contre la loi travail à laquelle participaient entre 3 500 et 10 000 personnes selon les sources. Des manifestants ont commencé à lancer divers projectiles, dont des bouteilles en verre, sur la façade de la préfecture de Loire-Atlantique et en direction des forces de l'ordre présentes dans le jardin, qui ont répliqué en arrosant abondamment avec des lances à eau, selon une journaliste de l'AFP. La tête du cortège a ensuite été prise par plusieurs centaines de jeunes gens : «On n'est pas violents, on est en colère. Jeunes, précaires et révolutionnaires», ont-ils notamment scandé, ainsi que «Nous ce qu'on veut, c'est niquer l'Etat, le 49.3, on n'en veut pas».

Rennes.
La manifestation contre la loi travail doit débuter d'ici quelques minutes à Rennes, où plusieurs centaines de personnes sont rassemblées dans le centre-ville à l'appel des syndicats, rapportent plusieurs journalistes sur place.

Bordeaux.
Après avoir bloqué cette nuit une centrale d'achat au sud de Bordeaux, à Cestas, les salariés des transports sont actuelement mobilisés à Ambès, au nord de Bordeaux, où ils empêchent les camions citernes d'une entreprise de transports pétroliers d'entrer et de sortir, indique France Bleu Gironde.

Trafic.
La SNCF vient de diffuser un communiqué sur l'état du trafic demain, le qualifiant de «perturbé». La compagnie ferroviaire prévoit deux TGV sur trois, trois RER sur quatre, six Transilien sur dix, quatre Intercités sur dix et un TER sur deux en moyenne. Les syndicats CGT et Sud Rail ont appelé à une grève mercredi et jeudi.

L'arrêté interdisant à un journaliste de couvrir la manifestation contre la loi travail retiré

Liberté de la presse.
L'arrêté interdisant au photographe NnoMan de couvrir les rassemblements de mardi contre la réforme du code du travail a été retiré par le tribunal administratif de Paris. La préfecture affirme qu'elle ignorait sa profession. Le journaliste indique sur Twitter qu'il sera présent à la manifestation de cet après-midi.

Toulouse.
A Toulouse, des militants CGT mobilisés contre la loi El Khomri ont entrepris de murer la permanence du député socialiste Christophe Borgel.

Le Havre.
Un blocage est également en cours au Havre (Seine-Maritime), au niveau du port, où les salariés mobilisés ont notamment mis le feu à des pneus, indique France Bleu sur Twitter.

Bouches-du-Rhône.
Un barrage filtrant a également été mis en place à Fos-sur-Mer, entre Marseille et Montpeller, selon un journaliste sur place qui indique que la circulation est complètement bloquée dans les deux sens sur une nationale.

Caen.
Dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail, des barrages filtrants ont été installés cette nuit, notamment à Caen, signale un journaliste de RTL sur Twitter. Un blocage filtrant de routiers est en place depuis le début de matinée à une sortie du périphérique, laissant passer les automobiles au ralenti mais pas les poids-lourds, selon la préfecture.

Morbihan.
Alors qu'une nouvelle journée de mobilisation a lieu ce mardi contre la loi travail, en Bretagne, près de 200 manifestants bloquent depuis ce matin des routes près de Lanester, dans le Morbihan, indique France Bleu Breizh Izel sur Twitter.