lundi 9 mai 2016

Les Émirats Arabes Unis veulent construire une montagne afin d’apporter la pluie

Capture d’écran 2016-05-08 à 17.26.25

La sécheresse frappant la région en permanence pousse les autorités des Émirats Arabes Unis (EAU) à explorer les différents projets capables d’apporter des précipitations dans le pays, et même les plus incroyables. Un de ces projets est destiné à édifier une montagne ayant clairement pour but d’amener la pluie.
Les Émirats Arabes Unis sont un des plus importants producteurs de pétrole au monde, mais l’eau y demeure une denrée rare, en témoignent les différentes installations d’usines de dessalement de l’eau de mer ces dernières décennies. Les précipitations sont en effet très rares dans ce pays désertique.
Depuis le début de l’année 2015, le Centre national de météorologie et de sismologie des EAU collabore avec des experts américains en recherche atmosphérique. Cette collaboration est relative à une modélisation des effets sur la météo de la construction d’une montagne dans le pays.
Les montagnes jouent en effet un rôle prépondérant au niveau du climat et des conditions météorologiques, en intervenant notamment dans la création de précipitations, source des lacs de surface, des cours d’eau et des ressources souterraines. Les montagnes font office de barrage, obligeant l’air à circuler par-dessus, ce qui par condensation, crée les nuages, puis apporte les précipitations actuellement tant convoitées dans le Moyen-Orient. Par ailleurs, les nuages peuvent être ensemencés dans le but d’augmenter leur condensation et obtenir de la pluie plus rapidement.
mountains-landscape-1082276_960_720
« Nous sommes encore en train de faire des ajustements, donc nous sommes en train de calculer toutes les questions de hauteurs, de largeurs et de lieux [en même temps que] nous étudions la climatologie locale »explique Roelof Bruintjes, directeur du Centre nationale de recherche atmosphérique américain (NCAR), des propos recueillis par le site Arabian Business.
Un premier rapport devrait être édité durant l’été 2016, témoignant de la détermination des acteurs à mener à bien ce projet pharaonique. Alors que le gouvernement des EAU étudie intensivement l’ensemencement des nuages, la construction d’une montagne serait synonyme d’un coût estimé à plusieurs centaines de milliards de dollars.
« Si [le projet] est trop cher pour [le gouvernement], clairement il ne verra pas le jour, mais cela leur donne déjà un aperçu des alternatives possibles dans le futur […]. Si cela aboutit, la deuxième étape passera par une entreprise d’ingénierie qui établira sa faisabilité » indique Roelof Bruintjes pour conclure.
Sources : Konbini – Motherboard – Ma Chaine Étudiante