mardi 24 mai 2016

Les effets insoupçonnés de la voix d’une maman sur ses enfants

mother-84628_960_720


Reconnaissable parmi tant d’autres, la voix d’une maman possède des effets insoupçonnés sur l’enfant. Aux États-Unis, des chercheurs de l’Université de Stanford ont découvert que la voix maternelle active bien plus de zones cérébrales chez l’enfant qu’ils ne le pensaient jusque-là.
En 2015, une étude montrait déjà que la voix maternelle permettait de booster le développement cérébral des bébés prématurés en couveuse. Mais les vertus de la voix d’une maman ne s’arrêtent pas là, et des chercheurs de l’Université de Stanford, aux États-Unis, ont voulu comprendre pourquoi les enfants préfèrent écouter la voix de leur mère à celle d’autres femmes. Pour cela, ils ont analysé les scanners de cerveaux d’enfants écoutant les voix de leur mère, et ont rapporté leurs observations dans la revue PNAS.
Pour le bien de cette étude, ce sont 24 enfants âgés entre 7 et 12 ans, au quotient intellectuel supérieur à 80, ne présentant aucun trouble du développement et élevés par leur mère biologique qui ont vu leur cerveau être observé par IRM. Durant cette observation, les enfants écoutaient la voix de leur mère prononcer des mots dénués de sens. « Entre 7 et 12 ans, la plupart des enfants ont de bonnes compétences linguistiques, nous ne voulions donc pas utiliser des mots qui avaient un sens parce que cela aurait activé des circuits totalement différents dans le cerveau« , précise dans un communiqué Vinod Menon, principal auteur de l’étude. Ensuite, ces mêmes enfants ont écouté le même enregistrement sonore, mais avec la voix de mères d’enfants qui ne participaient pas à l’étude et qui n’avaient jamais rencontré les volontaires.
Sans trop de surprise, 97% des enfants ont été capables de reconnaître la voix de leur mère en moins d’une seconde. Mais ce qui a retenu l’attention des chercheurs, c’est qu’au-delà des zones cérébrales dédiées à l’audition, d’autres étaient bien plus stimulées par la voix maternelle, à savoir celles impliquées dans les émotions (l’amygdale), dans le circuit de la récompense (voie mésolimbique et cortex préfrontal médial), dans la conscience de soi, dans la perception et la reconnaissance faciale.
« Beaucoup des processus sociaux, linguistiques et émotionnels que nous adoptons viennent de l’écoute de la voix de notre propre mère« , explique Daniel Abrams, co-auteur de l’étude. Ce chercheur a également fait le constat que les enfants qui ont montré les connexions cérébrales les plus fortes entre ces différentes régions étaient ceux qui sont les plus à l’aise socialement et qui présentent d’importantes capacités de communication. Ces résultats pourraient mener vers une meilleure compréhension « des déficits de communication et de sociabilité chez les enfants souffrant de troubles du spectre autistique (TSA)« , conclut Vinod Menon.