samedi 14 mai 2016

« Légal » ne veut pas dire sans danger

Centers for Disease Control and Prevention
Nous sommes conscients que toutes les drogues sont dangereuses pour notre organisme, mais aussi incroyable que cela puisse paraître, celles qui font le plus de dégâts sur l’Homme sont en ventes libres. L’alcool, le tabac et les médicaments anti-douleurs sont toutes trois les drogues les plus mortelles. Leur consommation excessive provoque une addiction pouvant mener jusqu’à la mort. 
En France,  le débat autour de la dépénalisation du cannabis est un débat régulièrement mis sur le devant de scène politique. La consommation de cette substance est controversée par les différentes études menées jusqu’à ce jour. Pourtant, il est intéressant de constater que les drogues les plus mortelles sont celles vendues en libre service, dites « légales ». Aux États-Unis, l’alcool, le tabac et les antalgiques sont la première cause de décès, bien plus que toutes autres drogues.
Le graphique ci-dessous est le résultat d’une étude menée par le Centre pour la Prévention de la Lutte contre les Maladies en 2011. Il concerne uniquement les USA.
Centers for Disease Control and Prevention
Néanmoins, il est important de ne pas oublier que ces drogues sont faciles d’accès du fait qu’elles soient en libre service, tandis que les autres drogues dites illégales pourraient causer bien plus de dégâts si elles étaient légalisées. Ce graphique présente les chiffres directement liés à une consommation directe et non aux accidents de voiture ou aux homicides liés à leur consommation.

1) Le tabac : un danger

Un chiffre national : Chaque année, le tabac tue 73 000 personnes en France (estimation de Catherine Hill, directrice du service d’épidémiologie des cancers de l’Institut Gustave-Roussy). Un fumeur vivra en moyenne 20 à 25 ans de moins qu’un non fumeur.
Un chiffre mondial : Le tabac tue 5 millions de personnes dans le monde chaque année.
Les maladies qu’il cause : le cancer du poumon, de la bouche, du larynx, de la gorge, du rein, de la vessie, du sein, de l’estomac et de l’intestin grêle. Le risque de maladies cardio-vasculaires augmente lorsqu’on est fumeur.
Depuis quelques années, les lois anti-tabac sont de plus en plus restrictives et font chuter les ventes de tabac. Par exemple, en 2006, un décret à été signé pour interdir de fumer dans les lieux à usage collectif.
Capture d’écran 2016-05-10 à 14.22.39

2) L’alcool : une menace

Après le tabac, l’alcool est la deuxième cause de mortalité évitable en France. En 2009, ce sont 49 000 personnes qui se sont noyées dans les abîmes sombres de l’alcool. On complète ce chiffre en révélant que 40% des personnes décédées avaient moins de 65 ans.
Les risques à court terme : nausées, vomissements, accidents, gastrites, maux de tête, sautes d’humeur, troubles de l’attention, déshydratation, coma…
Les risques à long terme : l’alcool s’attaque au système nerveux (névrite, neuropathie alcoolique), au foie ( cirrhose), au pancréas, à l’appareil sexuel (impuissance, perte du désir sexuel…), une augmentation des risques d’hypertension artérielle et cancers.
Sachez que l’alcoolisme a également des répercussions importantes sur l’entourage et la société. L’alcool est la drogue qui représente le plus de danger pour les autres :  crises familiales, blessures, meutres…
Le graphique ci-dessous est le résultat d’une étude menée au Royaume-Uni par le Comité Scientifique Indépendant sur les Médicaments.
Capture d’écran 2016-05-10 à 14.42.40

3) Les médicaments anti-douleurs

Souvent pris en automédication ou sur ordonnance, les antalgiques sont devenus une véritable drogue pour beaucoup de gens. Leur consommation entraine une augmentation de 40 à 70 % des troubles cardiaques. Certains médicaments contiennent de l’opioïde (dérivé synthétique de l’opium), ce qui peut entrainer une forte dépendance. En 2008, plus d’un tiers des visites aux urgences étaient dues à une prise d’antalgiques non médicale aux États-Unis. Suite à ce chiffre accablant, une étude a révélé que la prise de cannabis à des fins médicales dans les États qui l’autorisait avait largement diminué la prise de médicaments anti-douleurs.
Les différents gouvernements qui nous entourent mettent en avant leur lutte contre l’usage des drogues, mais leurs raisons sont bien souvent électorales ! Les médias et les gouvernements donnent une vision étriquée des drogues et cherchent à tout prix à éradiquer celles-ci. Pourtant, de nombreuses recherches montrent que les drogues libres d’accès et légales seraient bien plus dangereuses et nocives pour l’Homme.
- Journal la Sphère - Anthony Konaté, journaliste indépendant