lundi 23 mai 2016

La voiture autonome doit-elle être équipée d’un drone éclaireur ?

maxresdefault-4
Le constructeur automobile Ford a eu l’idée de concevoir un drone dont le but est de guider une voiture sans pilote en lui indiquant à l’avance les divers obstacles présents sur la route. Ce concept de drone éclaireur a fait l’objet d’un dépôt de brevet et pose des questions quant à ses applications.
Réagir à l’urgence et aux situations demandant une instantanéité, les véhicules autonomes savent le faire. Cependant, pour ce qui est des obstacles plus lointains comme des travaux, des embouteillages ou un accident, le problème reste entier, que ce soit pour les véhicules autonomes ou conduits par des humains.
Le constructeur Ford envisage sérieusement d’équiper une voiture sans conducteur d’un drone qui sera envoyé en éclaireur afin de faire un état des lieux de la route au fur et à mesure du déplacement de la voiture, afin que cette dernière soit renseignée sur les problèmes auquel elle devra faire face. L’idée est sérieuse puisque le 21 janvier 2016, un brevet a été déposé par Ford à l’United States Patent and Trademark Office.
Coupler une voiture à un drone n’est pas une idée neuve, puisque cette année, le constructeur suisse Rinspeed avait présenté Etos, un concept car équipé d’une petite plateforme destinée à accueillir un drone. Cependant, le brevet de Ford est original dans la mesure ou il ne s’agit pas seulement d’éviter les obstacles, mais surtout d’augmenter les performances d’un véhicule lorsque celui-ci est en mode automatique. De plus, le constructeur américain indique qu’il pourrait donc s’agir d’un drone, mais également d’un véhicule terrestre ayant la capacité d’aller sous l’eau. Pourquoi pas.
Un second projet du même type avait été présenté par Renault en 2014 : la Kwid. Cependant, tout comme Etos, ce projet est resté au stade de concept pour des raisons de sécurité, d’autonomie, ou encore de type de drone utilisé.
Le brevet de Ford s’avère être le projet le plus intéressant des trois, mais ce dernier, comme les autres, se heurte à une législation contraignante : il est interdit de faire circuler un drone au-dessus d’une autoroute ou d’un tissu urbain, et ce afin d’éviter les accidents. Peut-être qu’à l’avenir, la loi sera assouplie lorsque des projets pourront assurer pleinement la sécurité de ce type d’application.