mercredi 18 mai 2016

Infographie : vous et l’état des routes françaises - Anthony Konaté

Capture d’écran 2016-05-17 à 12.00.49
Le magazine UFC Que choisir a récemment mené une enquête sur le réseau routier français et la perception de la population quant à la sécurité. Si les autoroutes sont largement plébiscitées, ce n’est pas vraiment le cas des routes nationales et autres départementales.
L’enquête accompagnée d’une infographie très parlante a été publiée sur le site officiel du magazine UFC Que choisir le 3 mai 2016. Ces recherches ont porté sur la sécurité du réseau routier français, au niveau de l’état, de la qualité et de l’entretien de la chaussée. L’enquête a été menée auprès de 3182 lecteurs du magazine et conducteurs concernés.
Il semble que les Français aient un fort sentiment de dégradation des routes françaises, puisque 65 % des automobilistes pensent que l’état des routes a empiré ces dernières années et que 25 % ne s’estiment pas en sécurité sur le réseau. Selon 1 841 personnes interrogées, ce sont les routes nationales qui auraient le plus souffert, alors que les autres routes (départementales et communales) sont la partie du réseau la plus touchée pour 1 349 autres volontaires de l’enquête.
Ils sont cependant 90% des interrogés à être satisfaits du réseau autoroutier, et 74% le sont également à propos des routes nationales. Par contre, seulement la moitié des volontaires apprécie les routes citadines et seulement 27% ont cette pensée à propos des autres routes.
Côté actions de la Sécurité Routière, elles suscitent un sentiment mitigé. Si les interrogés apprécient l’amélioration de l’entretien de la chaussée ainsi qu’une meilleure visibilité du marquage au sol et des panneaux, ils ne sont pas si enthousiastes concernant la diminution de l’alcoolémie autorisée au volant (de 0,5g à 0,2g), de la diminution de la vitesse sur les autoroutes (de 130 à 110km/h) et sur les routes nationales (de 90 à 80km/h).
L’enquête UFC Que choisir a été réalisée sur 75% d’hommes et 25% de femmes, pour une moyenne d’âge de 61 ans. Pour 60% d’entre eux, le véhicule est âgé de moins de 6 ans. Dans 65% des cas, le véhicule est équipé d’un moteur Diesel, contre 32% pour les véhicules essence, le reste étant représenté par des véhicules hybrides ou strictement électriques.
Capture d’écran 2016-05-17 à 16.27.22
- Journal la Sphère - Média indépendant par Anthony Konaté