vendredi 20 mai 2016

En cas d’impact avec une Google Car, vous pourriez y rester collé | Journal la Sphère | Anthony Konaté

Capture d’écran 2016-05-20 à 12.57.50
Google vient de déposer un brevet plutôt curieux. En effet à l’avenir, si une Google Car renverse quelqu’un, cette personne se retrouvera littéralement collée dessus. Mais quel est cet incroyable dispositif ?
La Google Car est la voiture sans conducteur développée par le géant américain depuis 2010 et opérationnelle depuis 2015. Cette voiture autonome, ainsi que les autres du genre, sont généralement considérées comme affichant un niveau de sécurité plus élevé qu’une automobile conduite par un humain.
Cependant, la Google Car avait causé un accident en février 2016, une collision avec un autobus heureusement à faible vitesse (3km/h). Depuis, Google explore la possibilité de trouver des solutions pour diminuer la gravité potentielle des accidents de la route dans lesquels sa voiture pourrait être impliquée à l’avenir.
Un brevet très curieux a été déposé par la marque le 17 mai 2016, comme le rapporte le site Mercury News. Ce brevet est relatif à une couche adhésive équipant la Google Car qui, en cas d’accident, réduirait les risques pour le piéton. En effet, ce dernier se retrouverait « collé » au capot de la voiture en cas de choc, ce qui éviterait de le projeter contre la route ou un autre véhicule, par exemple.
p
« Idéalement, le revêtement adhésif sur la partie avant du véhicule peut être activé au contact, et sera en mesure d’adhérer au piéton presque instantanément » peut-on lire sur la description du brevet, dont le fichier est disponible en PDF sur le site de l’United States Patent and Trademark Office (Bureau américain des brevets et des marques de commerce).
Plus précisément, il s’agit d’un revêtement particulier qui, en cas de choc, déclencherait son pouvoir adhésif de manière automatique. Après coup, il serait également possible de retirer cet adhésif. Le concept est étrange mais l’idée est bel et bien intéressante dans le fond, évidemment motivée par la volonté de réduire la responsabilité de la voiture, et donc de Google.
Pour l’instant à l’état de simple brevet, ce concept suscite la curiosité et cela se comprends. Interrogé par le site Mercury News, un porte parole de Google a expliqué que le géant détenait une multitude de brevet mais que« certaines de ces idées mûrissent plus tard en produits et services réels et d’autres non ».