jeudi 5 mai 2016

Découverte d’une mer de méthane pur sur Titan, la lune de Saturne

Nasa

En scrutant au radar les profondeurs d’une mer d’hydrocarbures sur Titan, la sonde Cassini en a déterminé la nature – du méthane, et non de l’éthane, comme on le pensait jusqu’à présent.
Comme l’ont révélé les survols successifs de Cassini, des mers et une myriade de petits lacs constellent la surface de Titan, principalement dans son hémisphère nord. Des réservoirs liquides qui couvrent quelque 1,6 million de kilomètres carrés, soit environ 2 % de la totalité du globe. C’est d’ailleurs dans cette région du pôle Nord que se situent les trois plus grandes mers : Kraken Mare, Ligeia Mare et Punga Mare, dont les diamètres sont respectivement de 1.170 km, 500 et 380 km.
C’est en étudiant Ligeia Mare qu’une équipe dirigée par Marco Mastrogiuseppe de l’université Cornell à Ithaca, a réussi à déterminer, en 2014, la composition du liquide qui remplit cette mer : essentiellement du méthane. Dans une nouvelle étude récemment parue dans le Journal of Geophysical Research : Planets, et à laquelle ont participé les chercheurs, la présence de méthane en abondance est confirmée.
"Avant Cassini, nous nous attendions à ce que Ligeia Mare soit surtout faite d’éthane, commente notammentAlice Le Gallchercheuse au Latmos et membre de l’équipe du radar, car il est produit en abondance dans l’atmosphère par le rayonnement solaire qui brise les molécules de méthane. Au lieu de cela, cette mer est principalement composée de méthane pur ». Selon notre chercheuse, il est possible que Ligeia Mare soit«réapprovisionnée par des pluies fraîches de méthane, ou que quelque chose en retire l’éthane"
ESA
L’étude, basée sur des informations recueillies par Cassini de 2007 à 2015, aura également permis de dévoiler la profondeur de la mer Ligeia: 160 mètres au point le plus profond. Les fonds seraient quant à eux tapissés d’un lit organique. Ces hydrocarbures avaient subi l’influence de la pesanteur de Titan.
Son origine est à chercher dans la dense atmosphère orangée, riche en azote (95 % contre 78 % pour la Terre) et d’un peu de méthane. Les réactions dans l’atmosphère de Titan produisent des molécules qui, pour les plus lourdes, tombent en pluie sur le sol et dans les lacs. Les rivières peuvent aussi les acheminer. Celles qui sont insolubles dans les grandes étendues de méthane liquide comme Ligeia Mare sont supposées couler et s’accumuler au fond. Ceci expliquant cette vase d’hydrocarbures.