samedi 21 mai 2016

Découverte de comètes glacées en orbite autour d’une étoile semblable au soleil | Journal la Sphère | Anthony Konaté

Une équipe internationale d’astronomes annonce la découverte de comètes en orbite autour d’une étoile ressemblant à notre Soleil. De quoi nous donner un aperçu de la façon dont notre propre système solaire s’est développé. 
Les comètes sont essentiellement des «boules de neige sale» faites de glace et de roche. Certaines, en approche de leur étoile, arborent une jolie queue, faite de gaz et de poussières, qui forment une atmosphère temporaire, la chevelure. Formées très tôt dans le développement de systèmes stellaires, elles se trouvent généralement dans les confins de notre système solaire, nous concernant, et deviennent clairement visibles lorsqu’elles visitent les régions intérieures. À titre d’exemple, la comète de Halley visite le système solaire interne tous les 75 ans. Certaines prennent aussi leur temps, parfois 100.000 ans entre chaque visite, tandis que d’autres ne passent qu’une fois, avant d’ être rejetées dans l’espace interstellaire.
Pourquoi s’intéresser aux comètes ? Il faut savoir que l’une des théories les plus répandues concernant l’évolution de notre bonne vieille Terre veut qu’à son origine, cette dernière n’était qu’un désert rocheux, ressemblant à la planète rouge, avant d’être frappée par des comètes qui auraient apporté avec elles certains des éléments les plus indispensables au développement de la vie. En premier lieu, l’eau. C’est pourquoi les scientifiques s’intéressent de très près à ces gigantesques boules de neige. Comprendre les comètes, en somme, c’est mieux appréhender l’évolution de notre monde.
Tel était l’objectif d’une équipe de chercheurs de l’Université de Cambridge. Cette dernière vient d’annoncer la découverte de jeunes comètes gravitant autour d’une étoile située à 160 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Peintre. Cette étoile, dont la masse est 30% supérieure à celle du Soleil, n’est âgée que de 23 millions d’années (4,6 milliards d’années pour notre Soleil). Un système jeune, qui intéresse grandement les scientifiques.
En effet, pour Sebastián Marino, astronome à l’Institut d’astronomie de Cambridge et principal auteur du document présenté lors d’une conférence au Chili, ce nouveau système « est intéressant à étudier pour apprendre à quoi notre système solaire ressemblait au début de son existence ». Il précise également que « Les jeunes systèmes comme celui-ci sont très actifs. Comètes, astéroïdes et planètes s’y percutent ». Selon lui, il y aurait même de fortes probabilités que des planètes orbitent autour de cette étoile. Et qui dit combinaison de comètes, de planète et d’étoile dit potentiellement présence de vie.
Pour le moment, ces « planètes potentielles » sont malheureusement impossibles à détecter, les télescopes actuels n’étant pas assez puissants. Ces dernières, si elles existent, sont probablement déjà formées, et la seule façon de les voir serait d’utiliser un système d’imagerie directe, qui pour le moment ne peut être utilisé que pour de très grosses planètes comme Jupiter. La découverte n’en reste pas moins intéressante, puisqu’elle nous permet de voir à quoi ressemblait notre système solaire au début de son existence, alors qu’il n’était âgé que de quelques millions d’années.