samedi 21 mai 2016

Après la disparition de son groupe à l'Assemblée, #EELV a-t-il encore un avenir ? | Journal la Sphère | Anthony Konaté

Se souviendra-t-on de 2016 comme une année noire pour les Verts ? Depuis le 19 mai, le parti n'a plus de groupe parlementaire à l'Assemblée nationale. François de Rugy, Éric Alauzet, Christophe Cavard, François-Michel Lambert, Véronique Massonneau, et Paul Molac, six députés écologistes, ont en effet décidé de rejoindre les rangs du Parti socialiste et de quitter un navire qui peu à peu prend l'eau. Après les départs de la secrétaire générale Emmanuelle Cosse et des parlementaires Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé, promus ministres en février dernier, le parti qui a pris la suite des Verts en novembre 2010 traverse donc une nouvelle crise.

Une crise "relativement" grave pour Daniel Boy, contacté par RTL.fr. En effet, "le fait d'avoir un groupe parlementaire apporte des privilèges. C'est Jean-Vincent Placé, qui avait expliqué le premier qu'un groupe parlementaire permettait d'exister. Là, on participe véritablement aux travaux de l'Assemblée", analyse le chercheur spécialiste de l'écologie au Cevipof. Depuis, l'idée de celui qui se rêve caporal dans les forces spéciales a fait son chemin. À tel point que les rescapés d'Europe Écologie Les Verts seraient sur le point de chercher à convaincre des socialistes frondeurs de les rejoindre pour maintenir leur groupe à flot. Il paraît toutefois peu probable que cela se produise.

Le groupe écologiste absent de l'Assemblée au moins jusqu'en 2022 ?

Les prochaines échéances électorales, présidentielle et législatives en 2017, s'annoncent très délicates pour un parti qui n'a pas atteint les 5% à l'élection suprême depuis la candidature de Noël Mamère en 2002 (5,25%). "Le mot d'ordre d'EELV aujourd'hui, c'est autonomie. Ce qui signifie se présenter seul aux législatives. Mais lorsque les écologistes sont en concurrence avec le Parti socialiste, ils ne réalisent pas plus de 4% des voix", explique le chercheur. Si les députés écologistes les plus populaires, Noël Mamère en tête, pourraient conserver leur fauteuil au Palais Bourbon l'an prochain, ce ne sera pas le cas pour une grande majorité d'entre eux, prédit le politologue : "Il n'y aura pas de groupe EELV à l'Assemblée au moins jusqu'en 2022."

Cécile Duflot pour représenter EELV en 2017 ?

Avant 2022, il y a 2017. À un an de la présidentielle, les 6.000 à 8.000 militants qui composent encore le mouvement politique doivent à n'en pas douter être déboussolés. Pour Stéphane Rozès, président de la société de conseil Cap, "EELV est absorbée dans une sorte de Triangle des Bermudes au sein de la gauche de la gauche". Alba Ventura, signature de RTL, le confirme dans son édito politique du 19 avril. "En réalité à Europe Écologie, on est désormais clairement sur la ligne Mélenchon. À Europe Écologie, la culture du parti aujourd'hui c'est Nuit Debout. En fait il ne reste plus à Europe Écologie Les Verts que des protestataires, des contestataires, 'une bande d'ingérables forcenés', comme les appelle Jean-Luc Benhamias, ancien patron des Verts."

Toutefois, l'alliance avec la gauche de la gauche n'avait pas été un pari gagnant lors des régionales de décembre 2015. Mais "David Cormand (secrétaire national d'EELV depuis le départ d'Emmanuelle Cosse pour le gouvernement, le 11 février 2016) trouve que c'est la bonne stratégie, signale Daniel Boy. Mais c'est difficile de penser qu'un candidat unique représente le Parti de gauche et les Verts. Les Verts ont toujours eu un candidat depuis 1974." Silencieuse depuis plusieurs mois, Cécile Duflot tiendrait la corde pour représenter EELV à la présidentielle 2017. "Il paraît qu'elle y pense très fort", confirme Daniel Boy. Tous les observateurs de la vie politique n'en sont pas persuadés. Stéphane Rozès estime, lui, qu'il y a "très peu de chance" de voir un candidat EELV en 2017. Le parti aura, selon lui, encore "moins de crédibilité".

Quelles sont les origines du cataclysme ?

En attendant de connaître les ambitions du parti pour la présidentielle, une question reste en suspens. Comment en est-on arrivé à ce qui ressemble tout de même à un cataclysme politique ? C'est la première fois qu'un groupe parlementaire implose pendant une mandature sous la Ve République. Pour Stéphane Rozès, président de la société de conseil Cap (Conseils, analyses et perspectives), cette disparition de l'Hémicycle est "la résultante d'un long processus de décomposition dont Cécile Duflot porte la responsabilité". La démission de l'ex-ministre du Logement du gouvernement au moment de l'arrivée de Manuel Valls à Matignon (août 2014) aurait été un point de départ. "À partir de ce moment-là, la direction des Verts a étédéportée vers des courants gauchistes. Son départ est le symbole d'une rupture du point d'équilibre au sein d'EELV".

Daniel Boy partage cette analyse. Il faut y voir "une incapacité à gérer un conflit idéologique fort au sein du mouvement. Il y a ceux qui se disent que l'alliance avec le Parti socialiste est un moindre mal et d'autres qui n'acceptent plus cette solution. Sans compter que l'affaire Baupin et ses effets délétères n'arrangent pas les choses. On assiste à un retour à la case départ". 

Une contradiction idéologique entre EELV et le PS depuis les années 1990 ?

La case départ ? Comprenez la période antérieure à 1997, lorsqu'Antoine Waechter, candidat des Verts en 1988, plaidait déjà pour une formule qui fait encore l'actualité en 2016 : le "Ni droite ni gauche". Après son score catastrophique obtenu à la présidentielle de 1995, Dominique Voynet change de stratégie et devient partie prenante de la "Gauche plurielle" portée par le socialiste Lionel Jospin en 1997. Selon Daniel Boy, "une contradiction idéologique existe donc depuis les années 1990. Cette contradiction explose aujourd'hui comme au Parti socialiste".