lundi 9 mai 2016

À seulement 15 ans, il découvre une cité Maya grâce aux étoiles

Pyramide El Mirador au Guatemala / Geoff Gallice

À seulement 15 ans, le Canadien William Gadoury fait les gros titres après avoir la découverte de l’une des cinq plus grosses cités mayas. C’est en analysant des cartes de constellations stellaires que le jeune homme aurait déniché la cité méconnue des scientifiques.
Les Mayas nous étonneront toujours. Les enfants aussi, d’ailleurs. William Gadoury, un jeune québécois de 15 ans, a mis la main sur une cité maya méconnue des scientifiques en faisant se correspondre une constellation et une carte de l’empire maya. Une découverte qui fera très prochainement l’objet d’une publication scientifique.
Originaire de Saint-Jean-de-Matha à l’ouest de Trois-Rivières, William est passionné des Mayas depuis son plus jeune âge. Conscient que cet ancien peuple ne faisait rien au hasard, il aurait fait sa découverte en analysant des cartes de constellations stellaires. Après avoir constaté que l’emplacement de 117 cités mayas correspondait au dessin de 22 constellations, il s’est alors penché sur une 23e famille d’étoiles. Mais problème, à cette constellation qui comprenait trois étoiles ne correspondait que deux cités. Le jeune homme en a déduit alors l’emplacement d’une nouvelle cité située dans la région du Yucatan, au Mexique.
Montage : Journal de Montréal
Le jeune homme contacte alors l’Agence spatiale canadienne et transmet ses conclusions. Après vérifications des images satellites, il est alors établi qu’il y a bien une pyramide et une trentaine de bâtiments sur les lieux indiqués par le jeune homme. « Quand le Dr LaRocque m’a confirmé, en janvier dernier, que l’on distinguait une pyramide et une trentaine de structures, c’était extraordinaire », a notamment confié l’adolescent.
William, qui a nommé cette cité K’ÀAK’ CHI’ (littéralement « Bouche de feu ») veut désormais se rendre sur les lieux. « Ce serait l’aboutissement de mes trois années de travail et le rêve de ma vie« , a-t-il confié. L’observation du style architectural de cette nouvelle cité est une clé supplémentaire pour comprendre cette civilisation complexe et très en avance sur son temps.
Le jeune homme devra néanmoins patienter, le temps de rassembler des fonds (une expédition sur place coûte très cher). En attendant, William se consolera avec une médaille du mérite, remise par l’agence spatiale canadienne.
LE JOURNAL DE MONTRÉAL, MARTIN CHEVALIER
LE JOURNAL DE MONTRÉAL, MARTIN CHEVALIER