jeudi 28 avril 2016

Les gènes détermineraient également l’âge du premier rapport sexuel - Par Anthony Konaté (28/04/2016)

couple-731890_960_720


Selon une nouvelle étude britannique, la génétique propre à chacun serait un des divers éléments déterminant l’âge du premier rapport sexuel.
À quoi peut-on attribuer l’âge d’un premier rapport sexuel ? Surement à notre caractère, aux circonstances, à l’influence des amis ou encore au partenaire, mais pas seulement, puisqu’une nouvelle étude évoque l’implication de la génétique. Cette étude a été menée par des chercheurs de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne) et publiée dans la revue Nature Genetics le 18 avril 2016.
Les chercheurs britanniques ont mené leur étude sur 380.000 personnes habitant la Grande-Bretagne, mais également les États-Unis ou encore l’Islande. Ils ont analysé les gènes des volontaires afin de tenter de comprendre et d’identifier leurs variations. Les résultats indiquent que la génétique des individus influence, à hauteur de 25%, l’âge du premier rapport sexuel. Les chercheurs ont identifié la présence de 38 variations génétiques en lien avec l’âge du premier rapport.
« Un exemple est une variante génétique dans CADM2, un gène qui contrôle les connexions des cellules du cerveau et son activité, que nous avons associé à une plus grande probabilité d’avoir des comportements à risque, un nombre élevé d’enfants et un âge plus jeune au moment du premier rapport sexuel » explique Dr John Perry, auteur de l’étude, dans un communiqué (en anglais) publié par l’Université de Cambridge.
En effet, certaines variantes sont situées non loin d’autres gènes importants pour le développement du cerveau. Ces gènes sont également en lien avec une éventuelle puberté précoce. Les chercheurs ont d’ailleurs noté un rajeunissement de la puberté qui était de 18 ans en 1880, et qui serait passé à 12,5 ans en 1980. De plus, cette différence serait également à relier à une modification de l’alimentation durant un siècle, ainsi que la présence en grande quantité de perturbateurs endocriniens comme le Bisphénol A par exemple, ayant impacté la population pendant des années.
En France, l’âge médian du premier rapport est de 17,4 ans pour les hommes et presque similaire pour les femmes : 17,6 ans. Cependant, en 1940, cette différence n’était pas de deux mois mais de quatre ans, comme l’indique l’Institut national d’études démographiques (Ined) dans une publication.