mardi 26 avril 2016



Comment les oiseaux ont-ils survécu à l’extinction des dinosaures ?


PEIROPOLIS-G-FOTO-L-ADOLFO-UFTM-1024x683

Grâce à l’étude des dents fossiles des oiseaux qui vivaient à l’époque de la disparition des dinosaures, on apprend que ceux-ci ont survécu à la chute d’un astéroïde grâce à leur faculté à manger des graines de plantes anciennes.
« À la fin du crétacé, il y avait un groupe de dinosaures-maniraptora peu examiné. Ces dinosaures sont ceux qui se rapprochent le plus des oiseaux contemporains et la plupart d’entre eux ont disparu suite à la chute d’un astéroïde, alors que les ancêtres des oiseaux ont survécu à cette catastrophe. On se demande en quoi consiste la différence entre les oiseaux et les maniraptoriens » a déclaré Derek Larsson de l’Université de Toronto (Canada), dans son étude publiée dans la revue Current Biology.
Avec son équipe, Derek Larsson a analysé les restes de proto-oiseaux ainsi que les dents de différentes espèces de maniraptoriens pour trouver une explication à la survie de ces volatiles. Plus de 3 000 dents de différentes espèces de maniraptoriens ont été analysées pour le bien de l’étude. Une analyse basée sur les récentes affirmations qui veulent que les dinosaures aient commencé à disparaître bien avant la chute d’un astéroïde. Mais selon lui, ces affirmations sont fausses, car si cela avait été le cas, la diversité aurait dû baisser de manière progressive avant la catastrophe, ce qui ne fut pas le cas pour les maniraptoriens.
Un pélican
L’équipe de Derek Larsson a alors classé les types d’oiseaux qui ont survécu et ceux qui ont disparu. Ainsi, ils ont découvert que les ancêtres des oiseaux modernes ont survécu à la catastrophe grâce à une mutation de leur bec. En effet, la disparition des dents leur a permis de commencer à consommer des graines de plantes que les autres dinosaures ne pouvaient manger, à cause d’une trop grande charge mécanique sur les dents.
Ces graines de plantes peuvent être stockées dans, ou sur le sol durant une très longue période en conservant tous leurs apports nutritifs, ce qui aurait permis aux ancêtres des oiseaux de survivre jusqu’à ce que la flore se réinvite sur Terre.